Search
 
CONFÉRENCES VIRTUELLES DU CIFAR

Les coûts cachés de la COVID-19 pour les enfants

 
Mardi 22 septembre
12 h 30 HE (30 min))

Location:
Conférence virtuelle du CIFAR

 

 

À propos

Même s’ils échappent aux pires effets directs du virus, les enfants peuvent être particulièrement vulnérables aux facteurs de stress à plus long terme de la pandémie de COVID-19 qu’entraînent le ralentissement économique et les politiques de distanciation physique. Joignez-vous aux Boursiers du CIFAR Meghan Azad (Université du Manitoba), Michael Kobor (Université de la Colombie-Britannique) et Candice Odgers (Université de la Californie à Irvine), trois membres d’une équipe de projet soutenue par le programme de subventions en santé des populations et en bien-être Manuvie-CIFAR, qui examineront l’incidence de la pandémie sur le cerveau, le système immunitaire et la capacité à s’épanouir des enfants.

 

Meghan Azad s’intéresse au rôle de la nutrition du nourrisson et du microbiome dans la croissance, le développement et la résilience de l’enfant; elle est Boursière au sein du programme Microbiome humain du CIFAR.

Elle est titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 sur l’origine développementale des maladies chroniques et codirige le nouveau Manitoba Interdisciplinary Lactation Centre (MILC). De plus, elle assure la codirection du site manitobain de la CHILD Cohort Study, une cohorte de grossesses nationale qui suit 3500 enfants pour comprendre comment les premières expériences définissent la santé tout au long de la vie pour nous protéger contre l’asthme, les allergies et l’obésité ou favoriser la manifestation de ces maladies.

Michael Kobor est généticien médical à l’Université de la Colombie-Britannique. Dans ses recherches, il met l’accent sur la régulation épigénétique de l’expression génique et de la fonction génomique. Il vise particulièrement à comprendre la nature mécaniste de ces processus et leur modulation par des expositions environnementales. Il est Boursier au sein du programme Développement du cerveau et de l’enfant du CIFAR, titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 en épigénétique sociale et chercheur principal du Social Exposome Research Cluster de l’Université de la Colombie-Britannique.

Candice Odgers travaille dans le domaine des politiques publiques, de la psychologie et de la neuroscience. Dans ses recherches, elle se penche sur la façon dont les inégalités sociales et l’adversité tôt dans la vie influencent la santé et le bien-être futurs des enfants. Elle examine plus particulièrement comment de nouvelles technologies, comme les téléphones cellulaires et les outils web, peuvent nous aider à comprendre et à améliorer la vie des jeunes. Elle est codirectrice du programme Développement du cerveau et de l’enfant du CIFAR.