Search
  • Nouvelles
  • Développement du cerveau et de l’enfant

Les relations à l’adolescence sont importantes pour la santé à l’âge adulte

by John Lorinc mars 2 / 15

Selon de nouvelles recherches, les adolescentes qui jouissent d’une relation solide avec leurs parents et de bonnes amitiés avec les garçons courent moins de risque de problèmes de santé à l’âge adulte.

Thom McDade (Université Northwestern), Boursier au sein du programme Développement du cerveau et de l’enfant, et son équipe ont découvert que les adolescentes qui ont des amis masculins proches avaient jusqu’à 16 pour cent moins de risque de souffrir d’hypertension à l’âge adulte. Les filles entretenant des relations positives avec leurs parents voient ce risque baisser de 23 pour cent.

« À plusieurs égards importants, la trajectoire qui détermine la santé est tracée à l’adolescence. Il est particulièrement important à ce stade d’établir des relations positives », dit McDade.

Ces recherches contribuent à éclaircir le tableau émergent de la façon dont, pendant l’enfance, des produits chimiques associés à un niveau de stress élevé, comme le cortisol, peuvent fortement influencer le comportement et la qualité de vie.

L’article qui paraîtra dans la revue Health Psychology utilise des données issues d’une étude longitudinale s’étalant sur quatorze années et comptant 11 617 adolescents qui ont passé une entrevue au début et fourni des échantillons sanguins à la fin.

Les avantages sont plus grands pour les femmes. Comme le note l’étude, les femmes ont des réactions physiologiques plus intenses à des expériences sociales négatives. La socialisation des filles les fait accorder plus d’importance aux relations sociales », observe McDade. Il ajoute qu’il est possible que les systèmes hormonaux puissent influencer le mécanisme qui met en lien les relations positives et les résultats physiologiques. « Il s’agit d’un terreau fertile pour la recherche future. »

Du point de vue stratégique, les résultats suggèrent qu’il est important de créer des relations sociales positives ainsi que de comprendre les conséquences des relations négatives – sujet sur lequel se penchent de plus en plus les éducateurs et autres professionnels qui travaillent avec les adolescents. Des politiques comme des campagnes contre l’intimidation et l’amélioration des services de garde pourraient contribuer à réduire le stress dans les familles, ajoute McDade.

En temps et lieu, dit-il, l’investissement portera des fruits par la réduction des coûts des soins de santé.