Search
  • Nouvelles
  • Apprentissage automatique, apprentissage biologique

Le cerveau de l’enfant apprend à comprendre l’orientation de la tête tout au long de l’enfance

by Lindsay Jolivet mai 2 / 15

La plupart des adultes peuvent reconnaître un visage qu’il soit de profil, de face ou penché avec un air interrogateur. De nouvelles recherches démontrent que la capacité de reconnaître un visage à des angles différents se développe lentement chez les enfants et atteint une compétence d’adulte seulement à l’âge de douze ans.

13-six-headtilt2-WPA-300x203
Le cerveau d’un adulte avec une vision saine peut suivre l’orientation de la tête d’une personne et reconnaître le visage de face, de profil ou dans un autre angle, même si la forme apparente des caractéristiques faciales changent constamment.
Photo de Boursier principal Hugh Wilson

La capacité du système visuel de s’adapter à l’orientation de la tête est importante non seulement pour reconnaître les visages, mais aussi, au plan social, pour comprendre le langage corporel, comme de comprendre ce qu’une personne regarde ou ce qui attire son attention.

« On ne garde pas la tête dans la même orientation pendant bien longtemps, à moins d’être un gardien à Scotland Yard ou au Palais de Buckingham », explique le Boursier principal de l’ICRA Hugh Wilson (Université York), coauteur de l’article et membre du programme Apprentissage automatique, apprentissage biologique (anciennement connu sous le nom ‘Calcul neuronal et perception adaptative révolutionne’) .

« Pour reconnaître un visage — celui d’un ami, d’un ennemi ou d’une personne connue — il faut pouvoir le reconnaître peu importe où il regarde », ajoute Wilson.

Le cerveau d’un adulte avec une vision saine peut suivre l’orientation de la tête d’une personne et reconnaître le visage de face, de profil ou dans un autre angle, même si la forme apparente des caractéristiques faciales changent constamment. Toutefois, des recherches antérieures ont démontré que les personnes âgées ont de plus en plus de mal à reconnaître un même visage à des orientations différentes, un résultat qui concorde avec l’affaiblissement des fonctions du cortex visuel avec l’âge.

« Il s’ensuit toutes sortes de conséquences. En premier lieu, il sera plus difficile de reconnaître les gens », dit Wilson.

« Nous nous sommes demandés si le phénomène se produirait dans le sens inverse pendant le développement. »

La réponse est oui. Au fil du temps, les enfants s’améliorent dans leur capacité à reconnaître l’orientation du visage et atteignent un sommet vers l’âge de douze ans qui se maintient pendant l’âge adulte. À l’aide d’un modèle informatique, les chercheurs ont découvert que les changements de compétence pendant l’enfance concordaient avec une augmentation de l’activité de neurones inhibiteurs dans le cerveau. Ces mêmes neurones ralentissement chez les aînés et contribuent à la trajectoire du développement de la perception et de son déclin tout au long de la vie.

Wilson dit que ses recherches aborde un des thèmes clés du programme Calcul neuronal et perception adaptative : l’adaptation.

« Le programme étudie comment nous nous adaptons à l’environnement — avant tout par l’apprentissage ou en améliorant notre appareil sensoriel — et voilà précisément ce que nous étudions. »

L’article est sous presse et paraîtra dans la revue Vision Research.