Search
  • Annonce
  • Apprentissage automatique, apprentissage biologique

L’ICRA reçoit un prix pour son soutien de la recherche sur l’apprentissage profond

by CIFAR déc. 7 / 15

deep-learning-concept

L’Institut canadien de recherches avancées (ICRA) se voit décerner un prix du Laboratoire de destruction créative de l’École de gestion Rotman en reconnaissance de son soutien à la recherche sur l’intelligence artificielle.

Le 15 décembre, le Laboratoire de destruction créative qui assiste les entrepreneurs dans le cadre d’un programme de soutien aux initiatives technologiques décernera à l’ICRA l’un de trois nouveaux prix. On rend hommage à l’ICRA dans la catégorie Idées pour son rôle dans le soutien de recherches qui ont permis des avancées considérables en intelligence artificielle, en particulier l’approche connue sous le nom d’apprentissage profond, créée par les boursiers de l’ICRA Geoffrey Hinton (Université de Toronto, Google), Yann LeCun (Facebook, Université de New York), Yoshua Bengio (Université de Montréal) et d’autres.

« L’ICRA est honoré par ce prix qui reconnaît son rôle dans le soutien des premières recherches en intelligence artificielle qui était alors un domaine d’études émergent et non établi », dit le Dr Alan Bernstein, président et chef de la direction de l’ICRA. « Par la création de ce prix, l’École de gestion Rotman reconnaît l’importance qu’occupent la recherche et la prise de risque pour la formulation d’idées transformatrices qui mènent à l’innovation, à la création d’emplois et au début d’une toute nouvelle industrie. »

Le prix Idées rend hommage à une personne ou à une organisation qui a favorisé la compétitivité du Canada par l’avancement de nouvelles idées en science et technologie.

« Même s’il est maintenant clair que des développements dans le domaine promettent un impact économique considérable et qu’il est possible de susciter un large soutien d’un grand éventail d’industries et d’organismes subventionnaires gouvernementaux, l’ICRA a offert un soutien déterminant pendant de nombreuses années au moment où ce domaine de recherche scientifique était vu comme périphérique, risqué et sans valeur par les experts du domaine », mentionne la description du prix.

Le soutien de l’ICRA au profit de l’apprentissage profond a commencé en 2004 par la création du programme Apprentissage automatique, apprentissage biologique (anciennement connu sous le nom ‘Calcul neuronal et perception adaptative révolutionne’). À une époque où l’apprentissage profond était accueilli avec scepticisme et largement ignoré, le programme de l’ICRA a réuni des scientifiques issus de la biologie, de l’informatique, du génie électrique, de la neuroscience et de la psychologie pour rehausser notre compréhension des mécanismes par lesquels le cerveau perçoit le monde et ainsi faire avancer tout le domaine de l’intelligence artificielle. Aujourd’hui, les boursiers de l’ICRA travaillent avec des entreprises comme Facebook, Google et IBM pour faire évoluer la technologie tout en continuant à réaliser de la recherche fondamentale à l’ICRA.

Les deux autres prix, dans les catégories Main-d’œuvre et Capital, sont décernés respectivement aux programmes coopératifs en génie de l’Université de Waterloo et à Haig Harris, fondateur de deux sociétés de capital de risque.

Les prix seront décernés lors d’une conférence le 15 décembre prochain portant sur les paramètres économiques de l’intelligence artificielle, intitulée « Machine Learning and the Market for Intelligence » à l’École de gestion Rotman. Parmi les conférenciers, notons : le Membre distingué de l’ICRA Geoffrey Hinton et le Boursier de l’ICRA Ruslan Salakhutdinov (Université de Toronto). Barbara Stymiest, présidente du conseil d’administration de l’ICRA, de concert avec le professeur Mel Silverman, ancien directeur du programme qui a financé la recherche sur l’apprentissage profond, accepteront le prix au nom de l’ICRA. Vous pouvez vous inscrire ici.

À propos du Laboratoire de destruction créative

Le Laboratoire de destruction créative de l’Université de Toronto a été fondé par des économistes, conçu à l’aide de principes économiques et porte le nom d’une expression utilisée par le premier économiste à souligner le rôle de l’entrepreneur dans la croissance économique sous le capitalisme. Conséquemment, il n’est peut-être pas étonnant que le Laboratoire de destruction créative ait créé ses prix annuels autour des ingrédients principaux des modèles prédominants de la science lugubre (the dismal science) de la croissance économique : main-d’œuvre, capital et idées.