Search
  • Nouvelles
  • Développement du cerveau et de l’enfant

Les attitudes à l’adolescence, indicatrices d’un père absent

by Lindsay Jolivet mars 24 / 16

Selon une nouvelle étude, les connaissances, les attitudes et les croyances des adolescents en matière de sexe constituent des indicateurs prévisionnels à savoir si les adolescents deviendront plus tard des pères absents.

Les hommes qui exhibaient des attitudes risquées face au sexe à l’adolescence sont plus susceptibles de devenir pères plus tôt et moins susceptibles de vivre avec leurs enfants. Parmi les signes révélateurs, notons : moins de connaissances sur l’utilisation de moyens contraceptifs et croire que de mettre une femme enceinte n’est peut-être pas si grave. En outre, les adolescents à risque étaient plus susceptibles de répondre oui à diverses questions, comme : est-ce que le sexe vous aide à vous sentir moins seul? Ou bien, est-ce que le sexe vous aide à gagner le respect de vos amis?

L’étude a sondé les jeunes hommes à l’adolescence et les a suivis jusqu’au début de l’âge adulte, leur demandant s’ils étaient pères et s’ils vivaient avec leurs enfants.

Thom McDade (Université Northwestern), boursier au sein du programme Développement du cerveau et de l’enfant et coauteur de l’étude, a dit avoir été surpris par la force de la corrélation.

« Cela signale vraiment l’importance des connaissances et des attitudes quant au comportement futur en matière de sexualité et de la transition à la paternité. Et il s’agit d’une belle occasion à saisir en matière d’intervention, car l’éducation pourrait influencer ces résultats. »

Les résultats illustrent à quel point il est important pour les adolescents d’être à l’aise avec la contraception et de comprendre les conséquences de devenir parents avant d’être prêts, dit McDade. Mais réussir à influencer les attitudes des jeunes hommes pose des défis particuliers. Ils ont tendance à être en bonne santé et, par rapport aux autres groupes démographiques, ils ont moins recours aux services de soins de santé.

« Presque toutes les recherches portent sur les femmes et leurs attitudes et connaissances sur la contraception et la sexualité, et à quel point cela est important pour leurs propres décisions en matière de fertilité », ajoute McDade. « On en sait très peu sur les hommes à cet égard. »

Mais il précise que d’avoir des connaissances et être en mesure de prendre des décisions judicieuses en matière de sexualité est bien pour les hommes et leur future famille. « Il y a beaucoup de nouvelles recherches actuellement, dont une part importante est réalisée par l’auteur principal de cet article, Craig Garfield, qui démontrent que la présence du père est importante pour le conjoint et le bébé », dit McDade.

Des recherches futures pourraient examiner les meilleures façons de sensibiliser les jeunes hommes qui sont à risque de devenir pères plus tôt ou de devenir des pères peu présents auprès de leurs enfants. L’étude a été publiée dans le Journal of Adolescent Health.