Search
  • Annonce
  • Réseaux Génétiques

Un boursier de l’ICRA fait partie d’une équipe internationale qui a reçu 75 millions de dollars pour lutter contre la coronaropathie

by CIFAR oct. 7 / 16

OneBraveIdea_banner
Le Boursier de l’ICRA Frederick Roth (Réseaux génétiques, Centre Donnelly de recherche cellulaire et biomédicale et Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum de l’Université de Toronto) fait partie d’une équipe internationale de collaborateurs qui a reçu le prix de recherche One Brave Idea, assorti d’une bourse de 75 millions de dollars de l’American Heart Association (AHA), Verily Life Sciences (anciennement Google Life Sciences) et AstraZeneca.


Ce prix soutient des initiatives conjointes novatrices destinées à trouver un remède à la coronaropathie et financera les travaux de l’équipe dont l’objectif sera de cerner les marqueurs génétiques les plus précoces de la coronaropathie afin de prévenir la survenue de la maladie.

« Des décennies avant d’observer les conséquences dévastatrices de la coronaropathie, des changements biologiques ont cours qui peuvent un jour mener à l’obstruction coronaire, à l’insuffisance cardiaque et à la mort subite. Nous avons l’ambition de redéfinir la coronaropathie en cernant les tout premiers changements afin de pouvoir en faire le dépistage dans l’ensemble de la population à un plus jeune âge », dit le Dr Callum MacRae, chef d’équipe, Brigham and Women’s Hospital à Boston.

MacRae, Roth et d’autres chercheurs de pointe du MIT, de la Data Science Initiative de l’Université Stanford, de l’Université Northeastern, du Million Veteran Program et de l’École de médecine de l’Université de Boston, avec les conseils d’Atlas Venture, iront plus loin que les marqueurs traditionnels, comme le LDL cholestérol et la protéine C-réactive, et tenteront de repérer des produits biologiques ou des caractéristiques cellulaires en amont, ainsi que des caractéristiques comportementales ayant un fondement génétique clair qui pourraient servir de biomarqueurs plus définitifs et plus précoces de la coronaropathie. En outre, ils espèrent créer un consortium mondial pour établir des ressources durables destinées à des initiatives de recherche futures sur les maladies cardiovasculaires et autres maladies chroniques.

Grâce à son expertise en biologie informatique et en génomique, Roth apportera à l’équipe son expérience dans la mise au point de technologies qui accéléreront la découverte de fonctions géniques, des voies qui les encodent, des relations entre les gènes et les voies, et des variations de séquence qui mènent à la maladie humaine. Ces nouvelles technologies permettront aux chercheurs d’étudier plus efficacement la fonction des gènes et l’inaction de ces fonctions.