Search
  • Sommaire de l'évènement
  • Institutions, Organisations et Croissance

Créer un impact mesurable en matière de recherche et de pratique par l’entremise de la mobilisation du savoir

by CIFAR juin 29 / 17

En 2015, le CIFARa lancé la plateforme Agents de changements — une série triennale de dialogues pancanadiens portant sur des sujets d’importance sur le plan social.

Grâce à ces événements, le CIFAR a pu transmettre les connaissances et l’expertise de chercheurs de nombreux programmes de recherche du CIFAR à des dirigeants communautaires clés, permettant à ces derniers d’être mieux outillés pour innover et favoriser le changement social.

Le 4 octobre 2016, à Vancouver (Colombie-Britannique), le CIFARa tenu six ateliers dans le cadre de la série Agents de changement portant sur la psychologie et les paramètres économiques du don prosocial. Cet atelier, tenu en partenariat avec la Fondation de Vancouver, a réuni plus de 50 dirigeants communautaires issus de fondations, d’organismes sans but lucratif et d’établissements de soins de santé avec deux boursiers du CIFAR, Patrick François, membre du programme Institutions, organisations et croissance et professeur au département d’économie de la Colombie-Britannique, et Lara Aknin, membre du programme Interactions sociales, identité et mieux-être et professeure adjointe dans le département de psychologie de l’Université Simon Fraser. Les participants ont exploré les paramètres économiques et la psychologie nécessaires à la construction et au maintien d’un comportement prosocial, ainsi que les avantages et les récompenses associés au don caritatif.

Alors que 80 pour cent des répondants au sondage ont dit avoir l’intention d’intégrer les connaissances acquises lors de l’atelier à leur processus décisionnel ou à leur pratique professionnelle, les chercheurs du CIFAR ont eux aussi tiré profit de l’événement. Lors de cet atelier, les dialogues avec les participants ont permis de souligner que le don a des répercussions culturelles évidentes qui favorisent la mobilisation efficace des communautés. Par exemple, ceux qui sont nés ailleurs qu’au Canada ont tendance à donner plus que ceux qui sont nés au Canada. Voilà un résultat important pour les organisations qui travaillent dans des villes hautement culturelles avec une population immigrante plus importante. De plus, les immigrants qui ont été sensibilisés à la valeur du don et qui voient, par leur propre expérience, comment le don peut constituer un mécanisme efficace d’intégration dans une nouvelle communauté ont tendance plus tard à encourager les nouveaux immigrants dans leur communauté (c’est-à-dire de pair à pair) à faire du bénévolat et à donner. Ces conversations avec les participants ont aidé Lara Aknin à définir un projet de recherche et des expériences connexes, en collaboration avec Irene Bloemraad, une autre Boursière du programme Interactions sociales, identité et mieux-être, sur la façon dont le don peut se révéler utile pour les nouveaux arrivants au Canada. De plus, des questions et des commentaires de la part des participants ont mené à de nouvelles idées pour une étude de suivi associée à ce projet conjoint.   

Pour Lara Aknin, cet accès aux recherches de Patrick François sur les normes qui définissent la transmission d’un comportement prosocial a aussi été bénéfique pour son travail à plusieurs égards. En particulier, les résultats de François l’ont aidée à songer à retirer ou à contrôler de telles données de ses propres études qui explorent spécifiquement les résultats singuliers du don sur le plan émotif (par opposition aux récompenses sociales ou au fait de se conformer à la norme).

Cet exemple illustre comment les activités de mobilisation du savoir organisées par le CIFAR se révèlent mutuellement avantageuses pour les utilisateurs de connaissances et les chercheurs. Cette réciprocité dans le partage de connaissances entre le secteur communautaire et le milieu universitaire, plutôt qu’un transfert unidirectionnel des résultats de la recherche, constitue le fondement des activités de mobilisation du savoir du CIFAR et est maintenant devenue, par l’entremise du Forum, un mécanisme clé par lequel le CIFAR explore de nouvelles questions de recherche.