Search
  • Annonce
  • Extrême univers et gravité

Lancement de l’Institut canadien de recherche en physique des astroparticules Arthur B. McDonald

by CIFAR mai 22 / 18
ArthurBMacdonald
Image de la bannière : Arthur B. McDonald, lauréat d’un prix Nobel et Boursier associé du CIFAR, au SNOLAB. (Photo : SNOLAB/Université Queen’s)

Aujourd’hui a eu lieu le lancement à Kingston, en Ontario, d’un réseau de recherche national en physique des astroparticules en l’honneur d’Arthur B. McDonald, lauréat d’un prix Nobel et Boursier associé du CIFAR.

Le nouvel Institut canadien de recherche en physique des astroparticules Arthur B. McDonald est un partenariat entre huit universités et cinq organisations de recherche affiliées, y compris le CIFAR. Basé à l’Université Queen’s, l’Institut a vu le jour grâce à l’investissement de 63,7 millions de dollars réalisé en 2016 par le Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada du gouvernement du Canada.

L’Institut McDonald œuvrera à l’appui d’un écosystème de la physique des astroparticules de calibre mondial et misera sur l’expertise de recherche du Canada dans le domaine. McDonald est un chef de file au sein de cette communauté et ses réalisations scientifiques s’étendent sur des décennies, y compris le prix Nobel de physique 2015 « pour la découverte de l’oscillation des neutrinos qui démontre que les neutrinos ont une masse ».

« Les recherches d’Art McDonald témoignent de la position de chef de file du Canada à l’échelle mondiale. Le CIFAR est fier de collaborer avec l’Institut McDonald et de miser sur les réalisations d’Art McDonald », dit John Hepburn, vice-président à la recherche du CIFAR.   

Le CIFAR est fier de collaborer avec l’Institut McDonald et de miser sur les réalisations d’Art McDonald.

Le CIFAR a joué un rôle important dans le soutien des chercheurs en physique des astroparticules du Canada en les mettant en lien avec la plus large communauté scientifique du Canada et du monde entier.

Le programme Extrême univers et gravité, fondé en 1986, est le plus ancien programme du CIFAR à ce jour. Il réunit des théoriciens et des expérimentateurs de calibre mondial issus de domaines différents, mais connexes. McDonald, actuellement Boursier associé, fait partie du CIFAR depuis plus de vingt ans; il était auparavant président d’un comité consultatif et membre du conseil de recherches. Mark Chen, titulaire de la chaire Gray en astrophysique des particules, est Boursier principal au sein du programme et fait partie du CIFAR depuis qu’il s’est joint à l’Université Queen’s en 2000.  

« Grâce au SNOLAB, le Canada fait maintenant figure de centre international pour le volet expérimental de la physique des astroparticules. Notre nouvel institut enrichit cette solide capacité internationale grâce au perfectionnement d’un groupe de chercheurs d’excellence au Canada – il a mené à la création d’une nouvelle génération de chercheurs dans le domaine », dit McDonald.  

« Grâce à l’Institut, je suis convaincu que cela se poursuivra, et que le Canada et l’Université Queen’s demeureront des chefs de file dans ce domaine de recherche. »