Search
  • Annonce

Le CIFAR annonce de nouveaux programmes de recherche et de nouveaux titulaires de chaire en IA

by Jon Farrow avr. 8 / 19

Le nouveau portefeuille est audacieux et rassemble de brillants cerveaux pour se pencher sur les plus grandes questions auxquelles l’humanité et la science doivent trouver réponse.

D’éminents scientifiques et chercheurs du monde entier ont maintenant accès à de nouvelles possibilités de collaboration suite à l’annonce par le CIFAR de son nouveau portefeuille de recherche et de l’expansion du programme des chaires en IA Canada-CIFAR. Les treize programmes de recherche du CIFAR se penchent sur des questions essentielles qui englobent quatre domaines thématiques interdisciplinaires : Vie et santé, Individus et société, Information et matière, et Terre et espace.

Vie et santé

Individus et société


Terre et espace
  •   Comment approfondir notre compréhension de la vie, de l’eau souterraine et de l’environnement des profondeurs d’une planète? — Terre 4D : Science et exploration du sous-sol
  •   Quelle est la nature de la gravité extrême et comment l’élucidation de cette question pourrait-elle nous aider à comprendre l’origine et l’évolution de l’Univers? — Extrême Univers et gravité

Information et matière

« Depuis près de 40 ans, le CIFAR œuvre à l’appui de la recherche fondamentale et de l’innovation en transcendant frontières et domaines », déclare Alan Bernstein, président et chef de la direction du CIFAR. « Le portefeuille dont nous faisons l’annonce aujourd’hui changera les conversations dans tous les domaines et mènera aux percées scientifiques, technologiques et savantes de demain. »

Chaque programme se penche sur des questions complexes et mobilise des réseaux interdisciplinaires et internationaux de chercheurs et de scientifiques qui jouissent de l’appui soutenu et à long terme du CIFAR par l’entremise de réunions et de l’octroi de fonds catalyseurs favorisant de nouvelles orientations de recherche. Cet environnement qui préconise la liberté intellectuelle suscite d’étroites collaborations et un climat de confiance entre les membres du CIFAR. Lors des réunions, ils partagent et examinent des résultats préliminaires et des données, en amont de la publication, et offrent diverses perspectives émanant de pairs de divers domaines.

« Je crois que le CIFAR constituera un catalyseur très puissant pour nous », affirme Barbara Sherwood-Lollar, professeure de sciences terrestres à l’Université de Toronto et codirectrice du nouveau programme Terre 4D : Science et exploration du sous-sol. « Le programme va nous permettre de réunir des gens d’horizons extrêmement différents et de leur offrir la liberté intellectuelle nécessaire pour se mettre au défi les uns les autres, se mettre au défi eux-mêmes et changer leur mode de pensée. »

Bien que l’impact du CIFAR sur le processus de la recherche soit immédiat, des avantages sociaux plus larges peuvent prendre plus de temps à voir le jour. Grâce à la mobilisation du savoir, l’organisation comble cet écart en mettant en lien ses programmes de recherche et des maîtres à penser de renommée mondiale issus de milieux non universitaires. Ces échanges enrichissent la recherche et stimulent de nouvelles innovations sociales, économiques et techniques. Par exemple, les membres du programme Microbiome humain du CIFAR collaborent avec des chefs de file en santé publique pour créer le premier programme d’enseignement sur le microbiome et la santé.

Pour de plus amples renseignements sur le nouveau portefeuille et l’Appel à idées mondial, veuillez cliquer ici.

Expansion du programme des chaires en IA Canada-CIFAR

Dans le cadre de la Stratégie pancanadienne en matière d’IA, le CIFAR a aussi annoncé l’expansion du programme des chaires en IA Canada-CIFAR, ce qui porte le nombre total de titulaires de chaire à 46, par rapport à 29 dans l’annonce de décembre 2018. Le prestigieux programme des chaires en IA Canada-CIFAR, financé par le gouvernement fédéral à hauteur de 86,5 millions de dollars sur cinq ans, offre aux chercheurs un financement de recherche à long terme destiné à soutenir leurs programmes de recherche et à les aider à former la prochaine génération de chefs de file en IA. Les 46 titulaires de chaire sont nommés en partenariat avec les trois instituts canadiens d’IA : Amii (Edmonton), Mila (Québec) et Institut Vecteur (Toronto), ainsi que douze universités et hôpitaux à travers le pays.

« ...le Canada est particulièrement bien placé pour favoriser l’avancement de l’IA responsable et de la recherche en apprentissage automatique. »

« Le programme des chaires en IA Canada-CIFAR est au cœur du leadership continu du Canada en matière de recherche et de formation en apprentissage automatique », déclare Elissa Strome, directrice générale de la Stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle du CIFAR. « En tant que premier pays à mettre en œuvre une stratégie nationale en matière d’IA et berceau de l’apprentissage profond, le Canada est particulièrement bien placé pour favoriser l’avancement de l’IA responsable et de la recherche en apprentissage automatique. »


Le programme des chaires en IA Canada-CIFAR vise à accroître le nombre d’éminents chercheurs et diplômés qualifiés en intelligence artificielle au Canada et à rehausser le profil international du Canada en matière de recherche et de formation en IA.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme des chaires en IA Canada-CIFAR et consulter la liste complète des titulaires de chaire, veuillez cliquer ici.

Le CIFAR voit loin


Yoshua Bengio, Geoffry Hinton et Yann LeCun

Le CIFAR a l’habitude de choisir des gagnants. La révolution de l’apprentissage profond en intelligence artificielle a été lancée grâce au soutien du CIFAR en 2004. Cette année-là, Geoffrey Hinton (Google, Université de Toronto, Institut Vecteur) a créé un nouveau programme appelé Calcul neuronal et perception adaptative, le prédécesseur du programme actuel Apprentissage automatique, apprentissage biologique du CIFAR, dirigé aujourd’hui par Yoshua Bengio (Mila, Université de Montréal) et Yann LeCun (Facebook, Université de New York). Ce programme pose des questions fondamentales sur le mode d’apprentissage de l’être humain et sur la façon d’appliquer ces connaissances aux machines. Tout récemment, ces trois pionniers de l’IA ont reçu conjointement le prix A. M. Turing de l’ACM, qualifié de « prix Nobel d’informatique ». Leurs travaux ont donné lieu à diverses technologies, comme la reconnaissance vocale et de l’image, et la traduction en temps réel.

Bien que tous les programmes du CIFAR ne transformeront pas radicalement notre vie quotidienne comme l’a fait l’IA, beaucoup d’entre eux transforment la science elle-même par l’introduction de nouvelles techniques, approches et connaissances qui sont au cœur de l’innovation. L’organisation choisit avec grand soin et beaucoup de rigueur les questions de recherche qui l’animent, ainsi que les chercheurs qui les explorent. Le CIFAR est reconnu dans le monde entier pour sa vision à long terme et le modèle exceptionnel auquel il a recours pour s’attaquer aux questions les plus complexes du monde. En outre, il fait figure de chef de file dans la mobilisation de brillants cerveaux, la promotion de collaborations internationales et la création de nouvelles connaissances.


Pour toute demande de renseignements ou obtenir une entrevue, les médias sont priés de communiquer avec :
Jon Farrow — jon.farrow@cifar.ca
416-971-4884