Search

Ateliers de recherche – appel de propositions

CIFAR Call for Workshops

Aperçu

Depuis plus de trente ans, les programmes de recherche mondiaux du CIFAR mettent en lien un grand nombre des plus brillants cerveaux du monde – en transcendant frontières et domaines – pour créer de nouvelles perspectives et susciter de nouvelles idées. Notre engagement envers une mobilisation et des interactions soutenues en matière de recherche par l’entremise de réseaux de recherches interdisciplinaires offre aux chercheurs une des ressources les plus rares : la liberté de prendre des risques intellectuels essentiels à la création de connaissances véritablement transformatrices.

Nous invitons la communauté de recherche internationale à soumettre des propositions d’ateliers qui s’articulent autour de questions complexes et fondamentales d’importance mondiale. Les sujets choisis pour les ateliers devraient avoir une incidence sur de multiples secteurs de la société à l’échelle internationale. Nous encourageons les sujets qui présentent les attributs suivants : sujets à risque élevé, sujets d’actualité dans le contexte des événements mondiaux ou sujets qui se prêteraient le mieux à une approche collaborative et interdisciplinaire en vue de réaliser des percées ou des améliorations.

Domaines de propositions d'ateliers et échéancier

Vous pouvez trouver ici la liste des ateliers qui ont été retenus jusqu’à présent, y compris notre appel ciblé sur le bien-être de l’enfant. N’hésitez pas à communiquer avec nous ou à vous inscrire pour recevoir par courriel des mises à jour sur de futurs appels ouverts et ciblés de propositions d’ateliers.

IA et société

Les techniques et les méthodes de l’intelligence artificielle (IA), intégrées aux technologies cyberphysiques et computationnelles, sont de plus en plus aptes à reproduire des activités cognitives humaines, comme la perception, la reconnaissance, la prise de décisions et l’inférence. Déjà, ces technologies jouent un rôle important dans l’amélioration de la qualité de vie de l’être humain dans des domaines aussi essentiels que les soins de santé, le transport, les communications et les conditions de travail. Il est difficile d’imaginer un secteur de la société qui ne sera pas touché par l’IA.

Bien que l’avenir de l’IA soit extrêmement prometteur, il s’agit d’une technologie qui soulève de nombreux enjeux éthiques et qui pourrait entraîner de graves perturbations sociales. Conséquemment, il est essentiel pour les décideurs, les scientifiques, le milieu des affaires et la société civile de réaliser des recherches approfondies sur ses répercussions éthiques, culturelles, réglementaires et économiques, et de mieux en comprendre les tenants et aboutissants.

Vu la portée mondiale de l’IA, les organisations de recherche peuvent créer de nouveaux modes singuliers de collaboration en vue de recourir à des méthodes interdisciplinaires et internationales dans l’examen des enjeux et des possibilités socioéconomiques découlant de l’IA par l’entremise d’échanges scientifiques et savants.

Dans le cadre de cet Appel international à propositions d’ateliers sur l’IA et la société, le CIFAR, le CNRS et l’UKRI financeront conjointement des propositions dirigées en collaboration par des experts du Canada, de la France et du Royaume-Uni qui s’articulent autour d’importantes questions sociétales découlant de nouvelles technologies de l’IA.

Tenus dans chacun de ces trois pays, les ateliers visent à tisser des collaborations internationales qui réunissent des perspectives interdisciplinaires, y compris les sciences sociales, les sciences humaines, le droit, le génie, l’informatique et les arts, avec des décideurs et des innovateurs.

Gérés par le CIFAR, les ateliers conjoints offriront financement et soutien pour la mise en lien de nouvelles équipes qui se proposent d’examiner l’incidence éthique, sociale, juridique et économique éventuelle des développements en IA, ainsi qu’un programme de recherche connexe. Le CIFAR, le CNRS et l’UKRI ont convenu d’offrir un soutien financier équivalent à l’appui d’un maximum de neuf ateliers conjoints en 2019. 

Les candidats peuvent soumettre des propositions portant sur tous les aspects de l’intersection entre l’IA et la société. Toutefois, nous encourageons les propositions qui examinent l’IA relativement aux thèmes suivants :

Travailler dans des environnements d’IA : L’usage répandu de l’IA aura probablement un impact radical sur l’avenir du travail. Comment l’IA se présentera-t-elle en milieu de travail et comment devrions-nous développer l’IA pour définir au mieux l’avenir du travail? Quels sont les défis économiques, sociétaux et techniques à relever pour créer un avenir où nous travaillons régulièrement avec des technologies d’IA et où il nous faudrait aussi éventuellement faire concurrence à ces technologies? Quels défis devons-nous relever pour stimuler l’innovation en IA dans un vaste éventail de secteurs?

Gouvernance internationale de l’IA : Les recherches sur des approches d’IA novatrices se font dans le monde entier et de nombreux pays cherchent à bénéficier des avantages conférés par l’IA. Au fil de l’utilisation croissante de l’IA, un éventail de défis importants en matière de gouvernance se manifeste dans une vaste gamme de domaines. Quels sont les moyens appropriés pour mettre au point des politiques en matière d’IA et des approches de gouvernance éthique, et comment atteindre au mieux ces objectifs dans un contexte international vu la nature mondiale de la technologie?

Sécurité et vie privée relativement à l’IA : L’accès à de grandes quantités de données sous-tend de nombreuses techniques et approches d’IA. L’accès à ces données, leur utilisation et la mise au point de techniques de traitement soulèvent des enjeux fondamentaux en matière d’éthique et de protection des renseignements personnels. Quels sont les enjeux éthiques principaux et comment faudrait-il les aborder? Comment pourrions-nous mettre au point de futures méthodes et technologies d’IA qui sont sécuritaires, protégées et éthiques?

Amélioration humaine : Les techniques d’IA ouvrent de nouvelles perspectives intéressantes en ce qui concerne le développement des capacités cognitives et sensorimotrices de l’être l’humain. Ces nouvelles perspectives, qui pourraient brouiller la distinction traditionnelle entre l’être humain et la machine, donnent lieu à des enjeux sociaux et éthiques fondamentaux. Comment anticiper ces développements et en comprendre les avantages et les risques?

Admissibilité

  •   Les ateliers doivent compter une équipe principale constituée de trois ou quatre chercheurs ou professionnels interdisciplinaires basés dans deux des trois pays suivants : Canada, France et Royaume-Uni. L’un des membres de l’équipe principale doit agir à titre de candidat principal de la proposition. Le CIFAR travaillera avec l’équipe principale pour cerner et recruter d’autres participants.
  •   Au moins l’un des participants doit être basé au Canada, en France et au Royaume-Uni. Pour les autres participants, nous encourageons une représentativité géographique diversifiée.
  •   Les ateliers doivent aborder un nouveau domaine de recherche ou une lacune dans le programme de recherche.
  •   Les propositions devraient énoncer le plan de l’atelier, y compris les thèmes et les résultats anticipés, le ou les emplacements éventuels au Canada, en France ou au Royaume-Uni et la durée. Il faut fournir un budget préliminaire (déplacement, hébergement, repas, frais sur place, réunions de planification avant et après l’atelier) jusqu’à concurrence de 50 000 $ CA / 33 000 EU / 30 000 GBP pour un seul atelier, ou 80 000 $ CA / 53 000 EU / 47 000 GBP pour deux ateliers. Les propositions qui dépassent ces plafonds ne seront pas prises en considération. Le CIFAR travaillera avec les candidats retenus pour dresser un budget détaillé.
  •   Tous les membres de l’équipe principale doivent être des chefs de file de renommée internationale qui sont vus comme des experts dans leur domaine.
  •   Ce programme vise les ateliers qui en sont au tout premier stade de planification et non pas des ateliers ou des conférences qui sont déjà planifiés. Veuillez noter que le CIFAR travaillera avec les candidats retenus pour développer plus à fond l’atelier, y compris la liste d’invités et le budget.
  •   Comme les ateliers visent à créer de nouvelles collaborations, les demandes devraient démontrer qu’il s’agit d’un nouveau groupe qui se réunit pour faire avancer le sujet de recherche proposé.
  •   Chaque proposition doit inclure le plan d’une publication destinée à un auditoire non universitaire, comme des décideurs, des innovateurs en IA, des ONG et le public.
  •   Cet appel est conçu pour favoriser la participation et l’inclusion actives de tous les chercheurs – y compris ceux de groupes sous-représentés en recherche, comme les femmes de minorités visibles, les peuples autochtones, les personnes handicapées, les membres de minorités sexuelles – en transcendant frontières géographiques, domaines et stade de carrière.

Exigences relatives à la proposition

Il faut soumettre la demande par l’entremise du formulaire électronique ici.

Dans la proposition, les candidats doivent répondre aux questions suivantes :

1. Quel est le domaine thématique ou la question de recherche qu’abordera cet atelier? Pourquoi cette question est-elle pertinente aujourd’hui (p. ex., opportunité, pertinence mondiale)? (Maximum 500 mots)

2. Comment cet atelier interdisciplinaire ajoutera-t-il de la valeur à l’état actuel des connaissances ou de la pratique dans ce domaine? Pourquoi un réseau international de chercheurs, en plus de vos collaborateurs établis, est-il nécessaire pour mener à bien cet atelier? (Maximum 250 mots)

3. Quel format proposez-vous pour cet atelier? Veillez à préciser quelles sont les attentes à l’égard des participants pendant cet atelier (p. ex., présentations, séances en petits groupes). (Maximum 250 mots)

4. Quels sont les résultats attendus de l’atelier? Dans votre réponse, veuillez considérer des résultats éventuels soutenus (p. ex., document d’orientation, rapport, pratiques exemplaires ou autres recommandations, programme de recherche futur), ainsi que des auditoires cibles. (Maximum 400 mots)

5. Quelle stratégie allez-vous utiliser pour élargir le réseau de l’atelier au-delà de l’équipe principale de participants (p. ex., perspectives que vous espérez ajouter à la discussion)? (Maximum 250 mots)

6. Le cas échéant, veuillez dresser la liste de tous les partenaires éventuels ou existants. Veuillez préciser le niveau de soutien (engagement, proposition, sollicitation) et le type (financier direct, en nature, expertise, etc.). (Maximum 250 mots)

7. Veuillez préciser la composition de l’équipe principale internationale proposée qui réunit des membres du Canada, de la France et du Royaume-Uni (candidat principal et trois autres membres maximum), y compris leur expertise. Le cas échéant, dressez la liste des participants éventuels qui seraient invités à l’atelier.

8. En annexe, les candidats doivent aussi soumettre les documents suivants :

  • Articles cités (maximum 1 page).
  • CV bref de tous les membres de l’équipe principale de l’atelier (maximum 2 pages par CV).
  • Le cas échéant, lettres de soutien d’organisations partenaires ou de collaborateurs décrivant leur contribution (en nature, en espèces, expertise) à l’atelier proposé.
  • Budget de l’atelier qui inclut l’emplacement proposé au Canada, en France ou au Royaume-Uni, les déplacements, l’hébergement, les repas et les frais sur place. Veuillez fournir une brève justification de chaque poste budgétaire. Vous devez préciser tout besoin de fonds, ainsi que tout fonds existant qui pourrait servir à compenser les frais associés à l’atelier (direct ou en nature). Un gabarit de budget avec les dépenses admissibles sera fourni. 


Critères de sélection

1. Renseignements venant confirmer la pertinence ou la nouveauté du thème de la proposition et son impact éventuel

  •   Cet atelier ajoute-t-il de la valeur à ce qui se fait actuellement à l’échelle internationale dans le domaine de recherche proposé?
  •   Les objectifs ont-ils été clairement définis? Les résultats ou les prochaines étapes éventuels sont-ils clairement et logiquement énoncés?


2. Nécessité d’une approche internationale et interdisciplinaire
  •   L’atelier exige-t-il une approche internationale et interdisciplinaire?
  •   Le candidat présente-t-il une évaluation juste des travaux actuels dans le domaine et justifie-t-il pourquoi l’atelier est nécessaire?
  •   Les activités proposées représentent-elles la meilleure méthode ou approche pour la question ou le domaine de recherche proposé?
  •   S’agit-il d’une nouvelle collaboration ou cette collaboration est-elle essentielle?
  •   Quelles sont la nature et l’étendue de cette collaboration?
  •   Est-il nécessaire d’élargir les réseaux universitaires existants des chercheurs ou d’inclure des partenaires et des parties prenantes du milieu professionnel, des affaires, des politiques ou de la société civile?
  •   Est-ce que les candidats ont clairement et logiquement énoncé que le soutien du CIFAR est essentiel à la création de réseaux?


3. Excellence de l’équipe de recherche

  •   Qu’ajoute chaque participant à l’équipe en matière de connaissances, d’expertise ou de ressources?
  •   Le candidat décrit-il de façon satisfaisante la pertinence de l’expertise, du rôle et des contributions attendues de chaque membre de l’équipe?
  •   L’expertise est-elle interdisciplinaire, complémentaire, éventuellement synergique et bien intégrée?
  •   La composition de l’équipe de recherche est-elle de nature internationale?
  •   Cette distribution géographique reflète-t-elle la portée de la question de recherche explorée?
  •   Le candidat présente-t-il de façon logique comment et pourquoi l’atelier tissera de nouveaux liens avec des chercheurs et des parties prenantes ne provenant pas du milieu universitaire?
  •   L’équipe a-t-elle un plan bien défini pour la rédaction du compte rendu de l’atelier destiné aux décideurs et dispose-t-elle de l’expérience nécessaire en la matière?


4. Plan de l’atelier

  •   Le plan de l’atelier est-il raisonnable et efficace?
  •   Est-il possible de réaliser les activités dans les délais prévus?
  •   La direction et la gestion de l’atelier sont-elles adéquates?
  •   Est-ce que les lieux au Canada, en France et au Royaume-Uni, ainsi que la durée et le nombre de participants proposés sont adéquats?
  •   Le budget est-il logique et raisonnable?


Foire aux questions

1. Quels sont les types d’ateliers qui sont financés?

Le CIFAR souhaite financer des ateliers de recherche qui favorisent des interactions à court terme, d’une durée limitée, réunissant dix à vingt personnes. Le format de l’atelier dépend de la question de recherche abordée. Les ateliers peuvent compter seulement une rencontre ou plusieurs sur une courte période de temps.

Les propositions doivent porter sur une question de recherche fondamentale d’importance mondiale. Les propositions retenues présenteront de grandes questions de recherche et démontreront pourquoi la communauté universitaire doit explorer ce domaine de recherche. Veuillez noter que les recherches axées sur l’application ou la mise en œuvre ne correspondent pas aux objectifs de cet appel de propositions. Les ateliers n’ont pas pour objectif de diffuser la recherche. Le cas échéant, nous encourageons la participation d’acteurs politiques, du secteur sans but lucratif ou de l’industrie.

2. La question ou le domaine de recherche doit-il avoir une thématique canadienne?
Le sujet proposé devrait aborder une question d’importance mondiale.

3. Une personne peut être le candidat principal d’une proposition active à la fois seulement. Toutefois, une personne peut faire partie d’une équipe dans plus d’une proposition.

4. Combien de temps ai-je pour organiser et donner l’atelier?

À partir de la date de l’avis d’acceptation, l’équipe organisatrice a huit (8) mois pour mettre en œuvre l’atelier, à moins d’une entente préalable avec le CIFAR.

5. Quel est le rôle du CIFAR dans l’organisation et l’exécution de l’atelier?

Le CIFAR travaillera étroitement avec les candidats retenus pendant le processus de planification pour élargir la liste de participants et inclure d’autres chercheurs universitaires ou organisations partenaires et autres parties prenantes. Des membres du personnel du CIFAR seront présents à l’atelier.

6. Est-ce que ce financement peut servir à soutenir des travaux que je mène actuellement?

Bien qu’un atelier puisse être un prolongement de travaux en cours, la proposition devrait clairement énoncer comment cet atelier constitue un nouveau projet pour les candidats. Dans la proposition, il faut aussi expliquer comment un atelier de recherche constituerait une occasion exceptionnelle d’explorer les questions de recherche proposées qui ne pourraient pas être explorées par l’entremise de collaborations existantes. En outre, la proposition devrait énoncer clairement que la participation du CIFAR est essentielle.

7. Cet appel d’ateliers de recherche est-il concurrentiel?

Le programme est concurrentiel et seulement un nombre limité d’ateliers de la plus grande qualité devraient obtenir un financement.

8. Les ateliers peuvent-ils avoir lieu à l’extérieur du Canada?

Oui. Les ateliers peuvent se donner à l’extérieur du Canada. Il faudrait tenir les ateliers dans un emplacement qui répond aux critères suivants : en cohérence avec la question de recherche abordée; réaliste au plan budgétaire; et pratique, au plan logistique, pour la plupart des participants.

9. Puis-je obtenir des commentaires sur ma proposition?

Sur demande, le CIFAR peut fournir des commentaires sur des questions ou des problèmes administratifs; toutefois, nous ne pouvons pas offrir de commentaires étoffés sur les propositions d’ateliers.

10. Les coûts indirects ou les frais généraux sont-ils admissibles?

En vertu des politiques du CIFAR, les frais indirects d’un projet (y compris les frais généraux des établissements) ne sont pas admissibles.