Search

Chercheurs mondiaux
CIFAR-Azrieli

Aperçu

Accélérer la carrière des nouveaux chefs de file de la recherche du monde entier

Le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli offre financement et soutien pour aider les Chercheurs mondiaux à bâtir leurs réseaux et à perfectionner les compétences essentielles pour devenir la prochaine génération de chefs de file de la recherche. Les chercheurs du monde entier qui occupent un poste universitaire à plein temps depuis moins de cinq ans peuvent présenter une demande.

CIFAR invite les chercheurs exceptionnels en début de carrière à se joindre au réseau de CIFAR qui réunit près de 400 chercheurs de 22 pays dont la tâche collective est de trouver réponse à certains des défis les plus complexes de notre époque. Le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli offre financement, formation professionnelle et mentorat, ainsi que des occasions de collaboration avec des collègues exceptionnels de divers domaines en vue d’amener les Chercheurs mondiaux à devenir des chefs de file de la recherche et des agents de changement.

Voici les avantages conférés aux Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli :

  •   100 000 $ CAN sans affectation en soutien à la recherche
  •   Mandat de deux ans au sein d’un programme de recherche de CIFAR, un réseau mondial d’éminents chefs de file de la recherche. Qu’est-ce que ça veut dire être un Boursier de CIFAR?
  •   Possibilités de réseautage, de collaboration et de création d’une communauté avec des collègues de divers domaines
  •   Mentorat avec un chercheur principal d’un programme de recherche de CIFAR
  •   Formation spécialisée en leadership et en communications, et soutien pour mettre ces compétences en pratique

Admissibilité

Les postulants peuvent provenir du monde entier, et doivent avoir un doctorat (ou l’équivalent) et occuper un poste universitaire à plein temps depuis moins de cinq ans. Les intérêts de recherche des Chercheurs mondiaux doivent concorder avec les thèmes de l’un des programmes de recherche admissibles de CIFAR. Pour connaître tous les critères d’admissibilité, veuillez consulter l’aperçu détaillé du programme.

NOTA : Les stagiaires postdoctoraux ne sont pas admissibles à ce programme.

Comment poser votre candidature

L’appel à candidatures de cette année est maintenant fermé.

Inscrivez-vous ici pour obtenir des mises à jour sur le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli ou communiquez avec nous si vous avez des questions.

Chercheurs mondiaux de CIFAR Azrieli

  • Gabriela Schlau Cohen

    Gabriela Schlau-Cohen

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Massachusetts Institute of Technology
    • États Unis
  • Adrian Liu

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Université McGill
    • Canada
  • Jenny Yang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de la Californie à Irvine
    • États Unis
  • Yogesh Surendranath

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Massachusetts Institute of Technology
    • États Unis
  • Prineha Narang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université Harvard
    • États Unis
  • Yaniv Ziv

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Institut Weizmann des sciences
    • Israël
  • Maria R. Drout

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Sarah Burke-Spolaor

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de la Virginie-Occidentale
    • États Unis
  • Jessica L. Metcalf

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de l'état du Colorado
    • États Unis
  • Hyun Youk

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de technologie de Delft
    • Les Pays-Bas
  • Yue Wan

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Institut génomique de Singapour
    • Singapour
  • Naama Geva-Zatorsky

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Technion
    • Israël
  • Lucina Q. Uddin

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de Miami
    • États Unis
  • Luyi Yang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Kate A. Ross

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'état du Colorado
    • États Unis
  • Judy Cha

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Yale
    • États Unis
  • Kristin Laurin

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Colombie-Britannique
    • Canada
  • Kristi Kenyon

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Winnipeg
    • Canada
  • Daryl Haggard

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université McGill
    • Canada
  • Parameswaran Ajith

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Centre international de sciences théoriques
    • Inde
  • Thomas Vidick

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • California Institute of Technology
    • États Unis
  • Gerhard Kirchmair

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université d’Innsbruck
    • L'Autriche
  • Giulio Chiribella

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université d'Oxford
    • Royaume-Uni
  • Nir Bar-Gill

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université hébraïque de Jérusalem
    • Israël
  • Joel Zylberberg

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • École de médecine de l’Université du Colorado
    • États Unis
  • Graham Taylor

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Guelph
    • Institut Vecteur
    • Canada
  • Kyunghyun Cho

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de New York
    • États Unis
  • Raul Sanchez de la Sierra

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de la Californie à Berkeley
    • États Unis
  • Sara Lowes

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Bocconi
    • Italie
  • Natalie Bau

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Californie à Los Angeles
    • Canada
  • Mikko Taipale

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Khanh Huy Bui

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université McGill
    • Canada
  • Corinne Maurice

    Corinne Maurice

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université McGill
    • Canada
  • Alexander Kwarteng

    Alexander Kwarteng

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Kwame Nkrumah des sciences et de la technologie
    • Ghana
  • Katherine Amato

    Katherine R. Amato

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université Northwestern
    • États Unis
  • Jeffrey Warren

    Jeffrey J. Warren

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université Simon Fraser
    • Canada
  • Douglas Fowler

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Washington
    • États Unis
  • Hannah Carter

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Californie à San Diego
    • États Unis
  • Nathaniel Gabor

    Nathaniel Gabor

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Californie à Riverside
    • États Unis
  • Katherine McAuliffe

    Katherine McAuliffe

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Boston College
    • États Unis
  • Alona Fyshe

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'Alberta
    • Canada
  • Kieran O'Donnell

    Kieran O'Donnell

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université McGill
    • Canada
  • Craig Chapman

    Craig Chapman

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'Alberta
    • Canada
  • Brian Dias

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Emory
    • États Unis
  • Ami Citri

    Ami Citri

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université hébraïque de Jérusalem
    • Israël
  • Nouvelles

    • Commentaire

    Une année formidable pour l’avancement de la recherche

    par Alan Bernstein
    déc. 18 / 13

    Voici venu le temps de l’année où faire le bilan des réalisations et tourner son regard vers l’avenir. Quand je repense à ma première année complète à titre de président de l’ICRA, je suis emballé par tout ce que nous avons accompli ensemble en 2013.

    Alan-Bernstein_president-250x353

    Alan Bernstein, président et chef de la direction de l’ICRA.

    Les Boursiers, Boursiers principaux et Chercheurs mondiaux ont continué à travailler à des programmes de recherche d’une très grande importance et qui attirent de plus en plus l’attention au plan international. Nous avons aussi commencé à mettre en œuvre un ensemble cohérent de changements visant à positionner l’ICRA comme le phare intellectuel du monde par la mise en lien des plus grands chercheurs canadiens et étrangers qui tentent de résoudre des questions d’importance pour tous.

    À l’ICRA, notre mission principale est d’aborder des questions d’importance mondiale par la création de réseaux composés d’éminents chercheurs qui échangent et formulent des idées, et collaborent à de nouveaux projets. Au cours de la dernière année, les chercheurs de l’ICRA ont fait d’importantes contributions aux connaissances s’insérant dans quatre grands thèmes : améliorer la santé humaine, transformer la technologie, créer des sociétés solides et assurer la durabilité de la Terre. Permettez-moi de partager avec vous quelques faits saillants.

    Le programme Apprentissage automatique, apprentissage biologique (anciennement connu sous le nom ‘Calcul neuronal et perception adaptative révolutionne’) de l’ICRA a indirectement reçu l’appui des géants de l’industrie que sont Google et Facebook. Geoff Hinton, directeur du programme, a accepté un poste supérieur chez Google où il applique les techniques de l’apprentissage profond à l’intelligence artificielle qu’il a mises au point. Et ce mois-ci, Facebook a embauché un autre Boursier du programme, Yann LeCun, pour faire de même pour eux. L’apprentissage profond est un excellent exemple de la façon dont le travail que permettent les réseaux de recherche de l’ICRA influence le monde.

    En outre, il y a plusieurs semaines, Google a annoncé l’embauche de David Botstein, l’un des généticiens les plus éminents du monde et président du comité consultatif du programme Réseaux génétiques de l’ICRA, pour lancer une nouvelle entreprise, Calico, où l’on mettra au point des approches novatrices afin de lutter contre les effets du vieillissement.

    Selon moi, ces trois développements, qui remontent tous à cette année, illustrent une valeur et une conviction dont l’ICRA est empreint depuis ses tous débuts — l’excellence véritable en recherche est le seul moyen d’avoir une incidence sur l’avancement des connaissances et la mobilisation de l’industrie.

    Dans un article publié dans la revue Science, les Boursiers principaux David Rowley, Alessandro Forte et Jerry Mitrovica, du programme Évolution du système terrestre de l’ICRA ont démontré que la dynamique mantellique avait fait se soulever d’anciens rivages, laissant suggérer que nos estimations de l’augmentation passée du niveau de la mer sont peut-être trop élevées et que les inlandsis du passé étaient peut-être plus stables qu’on ne le croyait. Voilà des données essentielles pour estimer les changements futurs du niveau de la mer dans un monde où sévit le réchauffement climatique.

    Le Boursier Chad Myers et le Boursier principal Charles Boone ont cerné des cibles possibles pour le traitement du cancer chez l’humain par l’étude d’interactions génétiques chez la levure, résultat qui démontre de façon spectaculaire le caractère prometteur du programme Réseaux génétiques de l’ICRA.

    Les Boursiers de l’ICRA ont aussi partagé leurs nouvelles réflexions par l’entremise d’un certain nombre de réunions et d’ouvrages influents. Le Boursier principal, Daron Acemoglu, coauteur de Why Nations Fail, a présenté sa thèse sur l’inégalité mondiale à une grande réunion des membres de notre Cercle du savoir, à Toronto. Des membres du programme Sociétés réussies ont publié leur ouvrage Social Resilience in the Neoliberal Era, qui examine comment les gens s’ajustent aux changements économiques, politiques et culturels à l’ère contemporaine. En septembre, le Boursier principal Eldar Shafir a publié son livre intitulé Scarcity: Why Having Too Little Means So Much, une analyse de la façon dont manquer d’une chose, qu’il s’agisse de nourriture, de temps ou d’argent, peut influencer notre capacité à prendre de bonnes décisions. Shafir a présenté ses nouveaux travaux lors du symposium Building Better Lives & Communities de l’ICRA, en septembre dernier.

    En outre, à l’ICRA, nous avons lancé une grande initiative qui mise sur nos réalisations des trente dernières années et vise à positionner l’ICRA de façon emballante et novatrice pour l’avenir. Cette initiative intitulée ICRA 2.0, comporte six piliers : mettre l’accent sur les résultats et l’incidence, élargir notre portée mondiale, tisser des partenariats, favoriser le perfectionnement professionnel des jeunes chercheurs les plus talentueux, assurer le passage de la recherche à l’action et créer une culture tournée vers l’extérieur dont les membres sont prêts à prendre des risques.

    Dans le cadre du plan ICRA 2.0, nous avons lancé notre tout premier Appel à idées mondial à l’occasion duquel nous avons invité des chercheurs de par le monde à proposer des questions d’importance qui pourraient devenir le point de mire d’un programme de recherche futur de l’ICRA. Nous avons reçu des centaines de propositions excellentes et avons retenu sept finalistes. Par sa vision, chacun des finalistes est apte à devenir membre de nos onze programmes existants. Dans la nouvelle année, nous allons poursuivre la mise en œuvre de tous les domaines stratégiques du plan ICRA 2.0 : nous avons pour objectif de créer un nouvel ICRA prêt à se pencher sur les grandes questions de la science et de la recherche que doit résoudre l’humanité en ces temps complexes et difficiles, tout en respectant sa mission et ses valeurs d’origine.

    Nous avons été heureux d’accueillir trois nouveaux membres au conseil d’administration : Morten Friis, chef de la gestion des risques à la Banque Royale du Canada (Toronto, Ontario); Jacqueline Koerner, présidente fondatrice et ancienne présidente du conseil d’administration d’Ecotrust Canada (Vancouver, Colombie-Britannique) et doctorante à l’Université de la Colombie-Britannique; et William Young, fondateur et associé directeur chez Monitor Clipper Partners (Boston, Massachusetts). Ce fut un réel privilège pour moi que de travailler avec un conseil si prestigieux et engagé, et je tiens particulièrement à remercier David Dodge, président du conseil, de son engagement envers l’ICRA et de son soutien personnel.

    Et je continue à être immensément reconnaissant de l’enthousiasme et du dur labeur du personnel de l’ICRA qui travaille sans relâche pour faire de la mission de l’ICRA une réussite. L’année qui vient de passer fut empreinte de défis et de moments stimulants : l’Appel à idées mondial était une toute nouvelle activité qui s’ajoutait à nos taches régulières et j’ai été ravi de l’enthousiasme, de l’intelligence et du travail intense grâce auxquels l’Appel à idées mondial fut couronné de succès.

    Une nouvelle année commence sous peu et je suis très emballé par la nouvelle phase à laquelle nous nous attaquerons pour faire avancer l’importante mission de l’ICRA. Depuis plus de 30 ans, nous avons joué un rôle exceptionnel au Canada et à l’étranger : réunir les plus grands cerveaux du Canada et du monde dans le but de résoudre des questions d’importance.

    En conclusion, j’aimerais souhaiter de joyeuses fêtes à tous les membres de la famille mondiale de l’ICRA et j’espère que la nouvelle année vous apportera santé et bonheur.

    Ce programme reçoit le généreux soutien de la Fondation Azrieli et du Fonds de perfectionnement du leadership de la famille Love.