Search

Chercheurs mondiaux
CIFAR-Azrieli

Aperçu

Accélérer la carrière des nouveaux chefs de file de la recherche du monde entier

Le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli offre financement et soutien pour aider les Chercheurs mondiaux à bâtir leurs réseaux et à perfectionner les compétences essentielles pour devenir la prochaine génération de chefs de file de la recherche. Les chercheurs du monde entier qui occupent un poste universitaire à plein temps depuis moins de cinq ans peuvent présenter une demande.

CIFAR invite les chercheurs exceptionnels en début de carrière à se joindre au réseau de CIFAR qui réunit près de 400 chercheurs de 22 pays dont la tâche collective est de trouver réponse à certains des défis les plus complexes de notre époque. Le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli offre financement, formation professionnelle et mentorat, ainsi que des occasions de collaboration avec des collègues exceptionnels de divers domaines en vue d’amener les Chercheurs mondiaux à devenir des chefs de file de la recherche et des agents de changement.

Voici les avantages conférés aux Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli :

  •   100 000 $ CAN sans affectation en soutien à la recherche
  •   Mandat de deux ans au sein d’un programme de recherche de CIFAR, un réseau mondial d’éminents chefs de file de la recherche. Qu’est-ce que ça veut dire être un Boursier de CIFAR?
  •   Possibilités de réseautage, de collaboration et de création d’une communauté avec des collègues de divers domaines
  •   Mentorat avec un chercheur principal d’un programme de recherche de CIFAR
  •   Formation spécialisée en leadership et en communications, et soutien pour mettre ces compétences en pratique

Admissibilité

Les postulants peuvent provenir du monde entier, et doivent avoir un doctorat (ou l’équivalent) et occuper un poste universitaire à plein temps depuis moins de cinq ans. Les intérêts de recherche des Chercheurs mondiaux doivent concorder avec les thèmes de l’un des programmes de recherche admissibles de CIFAR. Pour connaître tous les critères d’admissibilité, veuillez consulter l’aperçu détaillé du programme.

NOTA : Les stagiaires postdoctoraux ne sont pas admissibles à ce programme.

Comment poser votre candidature

L’appel à candidatures de cette année est maintenant fermé.

Inscrivez-vous ici pour obtenir des mises à jour sur le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli ou communiquez avec nous si vous avez des questions.

Chercheurs mondiaux de CIFAR Azrieli

  • Gabriela Schlau Cohen

    Gabriela Schlau-Cohen

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Massachusetts Institute of Technology
    • États Unis
  • Adrian Liu

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Université McGill
    • Canada
  • Jenny Yang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de la Californie à Irvine
    • États Unis
  • Yogesh Surendranath

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Massachusetts Institute of Technology
    • États Unis
  • Prineha Narang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université Harvard
    • États Unis
  • Yaniv Ziv

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Institut Weizmann des sciences
    • Israël
  • Maria R. Drout

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Sarah Burke-Spolaor

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de la Virginie-Occidentale
    • États Unis
  • Jessica L. Metcalf

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de l'état du Colorado
    • États Unis
  • Hyun Youk

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de technologie de Delft
    • Les Pays-Bas
  • Yue Wan

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Institut génomique de Singapour
    • Singapour
  • Naama Geva-Zatorsky

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Technion
    • Israël
  • Lucina Q. Uddin

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de Miami
    • États Unis
  • Luyi Yang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Kate A. Ross

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'état du Colorado
    • États Unis
  • Judy Cha

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Yale
    • États Unis
  • Kristin Laurin

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Colombie-Britannique
    • Canada
  • Kristi Kenyon

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Winnipeg
    • Canada
  • Daryl Haggard

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université McGill
    • Canada
  • Parameswaran Ajith

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • International Center for International Science
    • Inde
  • Thomas Vidick

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • California Institute of Technology
    • États Unis
  • Gerhard Kirchmair

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université d’Innsbruck
    • L'Autriche
  • Giulio Chiribella

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université d'Oxford
    • Royaume-Uni
  • Nir Bar-Gill

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université hébraïque de Jérusalem
    • Israël
  • Joel Zylberberg

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • École de médecine de l’Université du Colorado
    • États Unis
  • Graham Taylor

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Guelph
    • Institut Vecteur
    • Canada
  • Kyunghyun Cho

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de New York
    • États Unis
  • Raul Sanchez de la Sierra

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de la Californie à Berkeley
    • États Unis
  • Sara Lowes

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Bocconi
    • Italie
  • Natalie Bau

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Californie à Los Angeles
    • Canada
  • Mikko Taipale

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Khanh Huy Bui

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université McGill
    • Canada
  • Corinne Maurice

    Corinne Maurice

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université McGill
    • Canada
  • Alexander Kwarteng

    Alexander Kwarteng

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Kwame Nkrumah des sciences et de la technologie
    • Ghana
  • Katherine Amato

    Katherine R. Amato

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université Northwestern
    • États Unis
  • Jeffrey Warren

    Jeffrey J. Warren

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université Simon Fraser
    • Canada
  • Douglas Fowler

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Washington
    • États Unis
  • Hannah Carter

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Californie à San Diego
    • États Unis
  • Nathaniel Gabor

    Nathaniel Gabor

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Californie à Riverside
    • États Unis
  • Katherine McAuliffe

    Katherine McAuliffe

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Boston College
    • États Unis
  • Alona Fyshe

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'Alberta
    • Canada
  • Kieran O'Donnell

    Kieran O'Donnell

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université McGill
    • Canada
  • Craig Chapman

    Craig Chapman

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'Alberta
    • Canada
  • Brian Dias

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Emory
    • États Unis
  • Ami Citri

    Ami Citri

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université hébraïque de Jérusalem
    • Israël
  • Nouvelles

    • Nouvelles

    Elizabeth Gerrits : Un legs pour les futurs chefs de file de la recherche

    par Lindsay Jolivet
    juil. 21 / 16

    Selon Elizabeth Gerrits, il est primordial d’œuvrer à l’appui des futurs chefs de file.  

    À titre d’ancienne travailleuse sociale, forte d’une expérience dans le domaine de l’emploi des jeunes, elle juge que l’Académie mondiale de l’ICRA offre un soutien important aux étudiants, aux stagiaires postdoctoraux et aux professeurs en début de carrière. 

    « Les jeunes chercheurs connaissent bien des pressions, dit-elle. Avec la carrière universitaire, la carrière en recherche, les responsabilités administratives et le mentorat d’autres jeunes, comment trouveront-ils le moyen d’assurer leur croissance et leur perfectionnement continu? En se tournant vers l’ICRA. »

    Après avoir fait un don annuel au profit de l’ICRA pendant plus de dix ans, elle juge qu’un legs inscrit à son testament constituait un prolongement naturel de son investissement dans les futurs chefs de file de la recherche et la recherche novatrice.

    « L’ICRA était en haut de ma liste, car je crois vraiment au mandat de l’ICRA », dit-elle.

    À titre d’ancienne directrice des programmes de recherche à l’ICRA, elle a une compréhension approfondie de ce mandat : mettre en lien de grands chercheurs au sein de programmes pluridisciplinaires qui abordent des questions d’importance pour le monde.

    « Nous sommes extrêmement reconnaissants à Liz de son soutien », dit Kara Spence, vice-présidente à l’avancement. « Elle a travaillé étroitement avec les boursiers de l’ICRA, et leurs travaux et percées de recherche l’ont inspirée. Maintenant, grâce à son don annuel et à son legs, d’une grande générosité, elle pourra continuer à aider les boursiers de l’ICRA à résoudre certains des défis mondiaux les plus complexes. » 

    Pour Gerrits, l’un des plus grands défis du monde est d’élucider la physique de la matière, en passant de la supraconductivité aux étoiles à neutrons hyper denses dont la masse fait le double de celle du soleil.

    « Comprendre la matière est extrêmement important pour presque tout ce que nous faisons », dit Gerrits. Par exemple, des matériaux supraconducteurs à température ambiante pourraient considérablement accroître l’efficacité et diminuer le coût de nos réseaux électriques et d’autres technologies.

    En tant qu’employée, elle a pris plaisir à voir les boursiers de l’ICRA faire avancer leurs recherches et tisser des relations durables par l’entremise de la collaboration. « J’adore ce processus. » Elle fait grand cas de la détermination de l’ICRA à œuvrer à l’appui de la collaboration soutenue.

    Gerrits s’est aussi trouvé un amour pour les sciences spatiales et la physique grâce à son travail à l’ICRA où elle a participé au fonctionnement de divers programmes, comme Cosmologie et Gravité et Matériaux quantiques. Elle a pu être témoin des tout premiers moments de grands projets, comme le télescope de trente mètres.

    « Je peux remonter le fil du temps et dire “Wow, j’étais là il y a neuf ans quand ces projets n’en étaient qu’à leurs balbutiements.” »

    En plus d’être présente à tous ces grands moments, elle dit qu’elle avait vraiment l’impression de faire une différence à l’ICRA. « Ce qui me plaît à l’ICRA c’est que le personnel, les donateurs, les chercheurs et leurs établissements forment un partenariat », dit-elle.

    Elle est fière de laisser en héritage son soutien à la collaboration et à la découverte. « J’ai eu l’honneur de travailler avec certaines des personnes les plus dévouées et brillantes du monde et j’ai apprécié chaque instant », dit-elle. Par ce legs au profit de l’ICRA, Gerrits sait qu’elle aide la prochaine génération de chercheurs à trouver réponse aux enjeux les plus complexes du monde.

    Ce programme reçoit le généreux soutien de la Fondation Azrieli et du Fonds de perfectionnement du leadership de la famille Love.