Search

Chercheurs mondiaux
CIFAR-Azrieli

Aperçu

Accélérer la carrière des nouveaux chefs de file de la recherche du monde entier

Le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli offre financement et soutien pour aider les Chercheurs mondiaux à bâtir leurs réseaux et à perfectionner les compétences essentielles pour devenir la prochaine génération de chefs de file de la recherche. Les chercheurs du monde entier qui occupent un poste universitaire à plein temps depuis moins de cinq ans peuvent présenter une demande.

CIFAR invite les chercheurs exceptionnels en début de carrière à se joindre au réseau de CIFAR qui réunit près de 400 chercheurs de 22 pays dont la tâche collective est de trouver réponse à certains des défis les plus complexes de notre époque. Le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli offre financement, formation professionnelle et mentorat, ainsi que des occasions de collaboration avec des collègues exceptionnels de divers domaines en vue d’amener les Chercheurs mondiaux à devenir des chefs de file de la recherche et des agents de changement.

Voici les avantages conférés aux Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli :

  •   100 000 $ CAN sans affectation en soutien à la recherche
  •   Mandat de deux ans au sein d’un programme de recherche de CIFAR, un réseau mondial d’éminents chefs de file de la recherche. Qu’est-ce que ça veut dire être un Boursier de CIFAR?
  •   Possibilités de réseautage, de collaboration et de création d’une communauté avec des collègues de divers domaines
  •   Mentorat avec un chercheur principal d’un programme de recherche de CIFAR
  •   Formation spécialisée en leadership et en communications, et soutien pour mettre ces compétences en pratique

Admissibilité

Les postulants peuvent provenir du monde entier, et doivent avoir un doctorat (ou l’équivalent) et occuper un poste universitaire à plein temps depuis moins de cinq ans. Les intérêts de recherche des Chercheurs mondiaux doivent concorder avec les thèmes de l’un des programmes de recherche admissibles de CIFAR. Pour connaître tous les critères d’admissibilité, veuillez consulter l’aperçu détaillé du programme.

NOTA : Les stagiaires postdoctoraux ne sont pas admissibles à ce programme.

Comment poser votre candidature

L’appel à candidatures de cette année est maintenant fermé.

Inscrivez-vous ici pour obtenir des mises à jour sur le programme des Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli ou communiquez avec nous si vous avez des questions.

Chercheurs mondiaux de CIFAR Azrieli

  • Gabriela Schlau Cohen

    Gabriela Schlau-Cohen

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Massachusetts Institute of Technology
    • États Unis
  • Adrian Liu

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Université McGill
    • Canada
  • Jenny Yang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de la Californie à Irvine
    • États Unis
  • Yogesh Surendranath

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Massachusetts Institute of Technology
    • États Unis
  • Prineha Narang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université Harvard
    • États Unis
  • Yaniv Ziv

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Institut Weizmann des sciences
    • Israël
  • Maria R. Drout

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Sarah Burke-Spolaor

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de la Virginie-Occidentale
    • États Unis
  • Jessica L. Metcalf

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de l'état du Colorado
    • États Unis
  • Hyun Youk

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de technologie de Delft
    • Les Pays-Bas
  • Yue Wan

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Institut génomique de Singapour
    • Singapour
  • Naama Geva-Zatorsky

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Technion
    • Israël
  • Lucina Q. Uddin

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2018
    • Université de Miami
    • États Unis
  • Luyi Yang

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Kate A. Ross

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'état du Colorado
    • États Unis
  • Judy Cha

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Yale
    • États Unis
  • Kristin Laurin

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Colombie-Britannique
    • Canada
  • Kristi Kenyon

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Winnipeg
    • Canada
  • Daryl Haggard

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université McGill
    • Canada
  • Parameswaran Ajith

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • International Center for International Science
    • Inde
  • Thomas Vidick

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • California Institute of Technology
    • États Unis
  • Gerhard Kirchmair

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université d’Innsbruck
    • L'Autriche
  • Giulio Chiribella

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université d'Oxford
    • Royaume-Uni
  • Nir Bar-Gill

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université hébraïque de Jérusalem
    • Israël
  • Joel Zylberberg

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • École de médecine de l’Université du Colorado
    • États Unis
  • Graham Taylor

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Guelph
    • Institut Vecteur
    • Canada
  • Kyunghyun Cho

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de New York
    • États Unis
  • Raul Sanchez de la Sierra

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de la Californie à Berkeley
    • États Unis
  • Sara Lowes

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Bocconi
    • Italie
  • Natalie Bau

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Californie à Los Angeles
    • Canada
  • Mikko Taipale

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de Toronto
    • Canada
  • Khanh Huy Bui

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université McGill
    • Canada
  • Corinne Maurice

    Corinne Maurice

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université McGill
    • Canada
  • Alexander Kwarteng

    Alexander Kwarteng

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Kwame Nkrumah des sciences et de la technologie
    • Ghana
  • Katherine Amato

    Katherine R. Amato

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université Northwestern
    • États Unis
  • Jeffrey Warren

    Jeffrey J. Warren

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université Simon Fraser
    • Canada
  • Douglas Fowler

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de Washington
    • États Unis
  • Hannah Carter

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Californie à San Diego
    • États Unis
  • Nathaniel Gabor

    Nathaniel Gabor

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université de la Californie à Riverside
    • États Unis
  • Katherine McAuliffe

    Katherine McAuliffe

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2017
    • Boston College
    • États Unis
  • Alona Fyshe

    • Chercheuses mondiale CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'Alberta
    • Canada
  • Kieran O'Donnell

    Kieran O'Donnell

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université McGill
    • Canada
  • Craig Chapman

    Craig Chapman

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université de l'Alberta
    • Canada
  • Brian Dias

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2017
    • Université Emory
    • États Unis
  • Ami Citri

    Ami Citri

    • Chercheurs mondiaux CIFAR-Azrieli 2016
    • Université hébraïque de Jérusalem
    • Israël
  • Nouvelles

    • Commentaire

    La prochaine génération de l’excellence en recherche

    par Alan Bernstein
    sept. 7 / 16

    Les chercheurs en début de carrière apportent une contribution indispensable au progrès scientifique et aux percées de la recherche. Ils jettent un nouveau regard sur le monde et sont empreints d’énergie et d’enthousiasme.

    alan-bernstein-block211Leurs idées nouvelles sur des problèmes ou des questions de longue date entraînent souvent la recherche dans de toutes nouvelles directions. James Watson, par exemple, n’avait que 25 ans quand il a découvert la double hélice de l’ADN en collaboration avec Francis Crick et Rosalind Franklin, qui eux n’en avaient que 37 et 33, respectivement.

    Mais les jeunes chercheurs travaillent aussi dans des conditions extrêmement défavorables. Ils sont à l’aube de leur carrière, et sont encore à établir leurs réseaux et à solliciter le financement qui leur permettront de mener à bien leur recherche. Ils ont probablement une lourde tâche d’enseignement et sont sans doute en train de fonder une famille. Peu importe leur génie, ils ont besoin de toute l’aide qu’on peut leur apporter.

    Pour toutes ces raisons, l’ICRA a tissé un partenariat avec la Fondation Azrieli afin de mettre sur pied le Programme des Chercheurs mondiaux ICRA-Azrieli, un nouveau programme destiné à assurer le perfectionnement professionnel des prochains chefs de file mondiaux de la recherche. Pour la première ronde, nous avons choisi 18 Chercheurs mondiaux ICRA-Azrieli, la première cohorte du programme. Ces jeunes chercheurs qui occupent leur premier poste de professeur depuis moins de cinq ans viennent d’Autriche, de Chine, d’Israël, des États-Unis et du Canada.

    Ils se joindront à notre réseau de chercheurs pour les deux prochaines années et collaboreront avec nos boursiers qui figurent parmi les chercheurs les plus accomplis et chevronnés du monde. Nous sommes convaincus que cette expérience contribuera à faire de ces jeunes chercheurs des chefs de file dans leur domaine et les aidera à contribuer à d’importantes recherches qui trouveront réponse aux plus grandes questions du monde.

    Cette nomination d’une durée de deux ans, rendue possible grâce à de généreuses contributions de la Fondation Azrieli, est assortie d’un financement de 100 000 $, d’un mentorat auprès de chercheurs principaux et de possibilités de formation en leadership et en communications. Nous souhaitons que ce programme constitue l’occasion pour ces chercheurs exceptionnels d’acquérir les atouts nécessaires pour constituer la prochaine génération de chefs de file de la recherche.

    J’ai eu la chance de rencontrer les candidats lors d’un processus d’entrevue de trois jours au mois de juin. Ma rencontre avec eux fut stimulante et je les ai tous trouvés d’une grande intelligence, éloquents, enthousiastes et engageants. Quelle expérience énergisante!

    Par exemple, j’ai fait la connaissance d’Alona Fyshe, professeure adjointe d’informatique à l’Université de Victoria. Dans son laboratoire, elle explore comment le cerveau traite et représente le langage, et met au point des méthodes qui permettent à des ordinateurs de faire la même chose. Ses recherches constituent une combinaison emballante de sémantique, de neurologie et d’informatique, et promettent la création d’ordinateurs qui comprennent et utilisent le langage aussi bien et aussi naturellement que nous.

    Ami Citri dirige le Laboratoire de plasticité dépendante de l’expérience à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il apporte une approche multidisciplinaire à ses recherches dont l’objectif est de mieux comprendre comment le cerveau se concentre sur des informations spécifiques issues du monde qui nous entoure et comment cette information est ensuite enregistrée dans la mémoire. Ses travaux permettront de mieux comprendre comment les gens développent des habitudes, des compulsions et des accoutumances.

    Giulio Chiribella, professeur agrégé à l’Université de Hong Kong, s’intéresse à la mise au point d’un ensemble d’axiomes physiques qui pourraient nous aider à mieux comprendre le traitement de l’information quantique. Ses recherches, situées au carrefour de la mécanique quantique et de l’informatique quantique, pourraient jeter les assises d’une meilleure compréhension du traitement de l’information quantique.

    Il ne s’agit là que de trois des nouveaux Chercheurs mondiaux ICRA-Azrieli. Et les autres sont tout aussi impressionnants. Je suis convaincu qu’ils joueront un rôle essentiel dans la résolution des plus grands défis de notre époque. Et je sais qu’ils apporteront enthousiasme et perspicacité aux programmes de l’ICRA dont ils seront membres. Je suis ravi de les accueillir dans la famille de l’ICRA qui se compose de 400 boursiers et conseillers de tous les coins du monde.

    Ce programme reçoit le généreux soutien de la Fondation Azrieli et du Fonds de perfectionnement du leadership de la famille Love.