Search

Est-il possible d’avoir un monde sans distinction entre « nous » et « eux »?

Frontières, groupes et appartenance

Aperçu

Toutes les sociétés établissent une distinction entre les membres et les non-membres. En effet, la biologie et la psychologie évolutionnistes suggèrent que les humains sont prédisposés à établir une distinction entre « nous » et « eux ». Ce processus peut instaurer un climat de confiance et de collaboration accru envers les membres, mais peut aussi mener à un climat où sont ressentis préjugés, suspicion et injustice à l’égard des non-membres.

Le programme Limites, groupes et appartenance explore comment créer et habiliter des groupes sans retomber dans des idées qui produisent divisions et hiérarchies pernicieuses.

Comme la migration et la mondialisation affaiblissent les frontières traditionnelles partout sur la planète, de nombreuses personnes sont en quête d’un sentiment d’appartenance et revendiquent leurs droits de faire partie d’un groupe. Les événements politiques récents démontrent que si l’on ne fait pas naître un nouveau sentiment inclusif du « nous », les gens pourraient se tourner vers des revendications fondées sur des limites exclusives définies par l’ethnicité, la religion et la classe.

Le programme réunit de grands spécialistes des sciences sociales, ainsi que des théoriciens politiques et juridiques qui œuvreront en collaboration pour rehausser notre compréhension de la politique de l’appartenance. Ces chercheurs se demandent si nous pouvons redessiner les limites d’une manière inclusive sans perdre la solidarité, ni la possibilité d’action collective. Bref, ils se demandent pourquoi l’appartenance est importante à l’ère de la mondialisation.

Fondation : 2019


Contact: Kate Geddie

Les boursiers et les conseillers

Directeurs de programmes

W. Thomas Boyce
Irene Bloemraad
Codirectrice du programme

Irene Bloemraad, sociologue politique, étudie comment les immigrants s’intègrent aux instances politiques et examine les conséquences de leur présence sur la politique et la compréhension de l’appartenance.

Marla Sokolowski
Will Kymlicka
Codirecteur du programme

Will Kymlicka, théoricien politique, est très engagé à l’étude de problèmes du monde réel.

Boursiers

Yasmeen Abu-Laban

  • Boursière
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université de l'Alberta
  • Canada

Frederick Cooper

  • Boursier
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université de New York
  • États Unis

Victoria Esses

  • Boursière
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université Western
  • Canada

Allison Harell

  • Boursière
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université du Québec à Montréal
  • Canada

Evan Lieberman

  • Boursier
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Massachusetts Institute of Technology
  • États Unis

Audrey Macklin

  • Boursière
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université de Toronto
  • Canada

Nathan Nunn

  • Boursier
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université Harvard
  • États Unis

Prerna Singh

  • Boursière
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université Brown
  • États Unis

Stephen David Reicher

  • Boursier
  • Frontières, groupes et appartenance
  • University of St. Andrews
  • Scotland

Andreas Wimmer

  • Boursier
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université Columbia
  • États Unis

Conseillers

Keith Banting

  • Conseiller
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université Queen's
  • Canada

Catherine Dauvergne

  • Conseillère
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université de la Colombie-Britannique

Hazel Markus

  • Conseillère
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Université Stanford
  • États Unis

Vijayendra Rao

  • Président du comité consultatif
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Banque mondiale
  • États Unis

Ayelet Shachar

  • Conseillère
  • Frontières, groupes et appartenance
  • Institut Max-Planck pour l’étude sur la diversité religieuse et ethnique, et Université de Toronto
  • Canada